Actualités

Interdit de théâtre en raison de ses positions anti-corrida, Servat jouera quand même.

 

Le maire de Beaucaire (Gard) a annulé une représentation d’Henry-Jean Servat prévue dans le cadre de la programmation municipale. Révélée par Midi Libre, l’annulation du spectacle d’Henry-Jean Servat continue de défrayer la chronique. Le 19 septembre dernier, Jacques Bourbousson, maire de Beaucaire, déclarait dans nos colonnes à propos du journaliste-romancier : « J’ai appris qu’il était contre la corrida. S’il est contre, il reste à la maison. Moi je défends les traditions tauromachiques. »

« Atterré », Henry-Jean Servat a reçu, depuis, un courrier daté du 30 septembre adressé à son producteur confirmant cette annulation. Les motifs changent quelque peu. Jacques Bourbousson y fait part de pressions : « Des risques de troubles sont encourus dufait de manifestations pro-corrida. C’est pour cette raison et dans un souci d’apaisement et du maintien du bon ordre dans ma commune que j’ai décidé de déprogrammer ce spectacle. » Interrogé, le maire de Beaucaire se pose comme « garant de l’ordre public. Je ne veux pas qu’il y ait de manifestation pro-corrida comme ça avait été annoncé ».

Pas dupe, Henry-Jean Servat crie malgré tout à la censure. « Je ne peux pas supporter que quelqu’un puisse m’empêcher de parler. Ce maire est un pantin, puisqu’il cède de façon si prompte et si facile aux gens pro-corrida. Non seulement ces gens-là ont du sang dans les mains, mais ils ont aussi de la paille d’emballage dans le cerveau ! », explique-t-il, ajoutant que son spectacle, Les belles histoires, est une causerie sur des femmes célèbres.

Après avoir répondu à de multiples interviews, annoncé son intention de faire un procès au maire, Henry-Jean Servat devrait jouer sa pièce à Beaucaire, le 21 novembre, comme prévu. Pas au Casino municipal... mais au Coquemar, un hôtel particulier appartenant à Christophe André, fils de l’ancien maire Jean-Marie André, et frère ennemi de Bourbousson. « Il ne s’agit pas de transformer ça en meeting contre le maire de Beaucaire, assure Henry-Jean Servat. Ce ne sera pas non plus une manifestation anti-corrida. M. André m’a invité. Ce qui m’enchante, c’est qu’il m’a dit qu’il était pro-corrida. Je vais donner une leçon de tolérance au maire de Beaucaire. Je l’inviterai au spectacle. Il y aura une chaise pour lui, à son nom. »


Pas sûr que Jacques Bourbousson apprécie l’invitation. « S’il veut se faire briller avec son histoire, c’est son problème, dit ce dernier. Moi, je ne veux pas en faire tout un fromage. ».

Source

Haut de page